Perles et gags à Antony

Un passage piétons inutile

Rue Chateaubriand, en octobre, opération de réfection de la voirie. Un beau passage piéton tout neuf. Pour traverser la route ? Mais impossible : la glissière fait obstacle. I aura fallut 48 heures pour s'en rendre compte. Le passage a ensuite été déplacé. 

 

Comment cacher les informations importantes ?

Le passage à niveau de Fontaine-Michalon est fermé, la signalisation est en place. Les commerces du quartier restent ouverts, mais comment le faire savoir ? La meilleure solution pour la Mairie : cacher l'information sous les géraniums !

Le 10 octobre 2019, un mois après que nous l'ayons demandé, les fleurs ont été enlevées et on peut enfin lire le texte du panneau !
 

20191014 160029 2

Le vent se lève, gare aux grues !

4 septembre 2019 à 16 heures. Le grutier, qui opère sur le chantier de la "Villa Hedonia" de la Franco-Suisse à Antony, ne maitrise pas sa charge du fait d'un coup de vent. Son collègue de LinkCity de l'autre côté de la rue du Marché continue pendant ce temps de faire passer ses charges à lui au-dessus de l'école élémentaire Sainte-Marie. Heureusement, nous sommes mercredi après-midi, les enfants ne risquent rien aujourd'hui.
 

Lien vers les vidéos sur youtube

Des voies pour des voix

27/08/2019

A l'approche des élections, la municipalité sortante multiplie les travaux "visibles". Cet été, un bon coup de bitume (parfaitement étanche aux précipitations, histoire de faciliter les futures inondations !) sur quelques voies du centre-ville, voilà qui devrait assurer un sac de voix au prochain scrutin... Ici, une bande cyclable à contre-sens rue de l'Abbaye. Dommage que l'Institution Sainte-Marie l'ait comprise comme un emplacement pour ses poubelles...

 

 

 

 

 


 

L’Amazonie perd sa forêt, Antony perd ses trottoirs ! 

Le 10 mars 2019   

 

Trottoir

Et si les piétons retrouvaient le droit de marcher sur les trottoirs...

Entre les poubelles, les tas de cartons, les panneaux publicitaires, les plots...les trottinettes, les vélos,, les  terrasses de magasins, les camions de livraison, les chantiers en cours... les piétons  sont désormais à peine tolérés dans la rue Mounié et les rues adjacentes... A quand la piétonnisation du centre ville ? À quand une véritable étude de circulation douce dans ce secteur de plus en plus urbanisé avec une concentration massive de nouvelles constructions ?

 

 


 

Dur du pavillon ?

Le 13/12/2018

 

Dans Vivre à Antony de décembre 2018, la tribune de la majorité en page 40, qui complète l’éditorial du Maire en page 3, attaque l’opposition au sujet de la densification de notre commune. Sans doute le bouclage du bulletin municipal a-t-il été rapide puisque deux phrases renferment des contre-vérités formelles. Citons : « Pour la plupart, les projets des petits collectifs qu’ils [les conseillers municipaux de gauche] citent dans leur tribune et qui ont été effectivement récemment acceptés par la Ville ne remplacent pas des pavillons : la rue Gabriel-Péri est dans la zone du centre-ville (…). Ils ne viennent pas détruire des pavillons ».

En réalité, si l’avenue Gabriel-Péri (oui, c’est une avenue) est dans le centre-ville, elle était bien bordée de pavillons jusqu’en 2010, car étant en zone UD (zone pavillonnaire) (voir App15 App17). C’est la révision du Plan local d’urbanisme, voulue par Jean-Yves Sénant et Sophie Devedjian, qui a alors permis, en classant en zone UAa (centre-ville) le côté pair de l’avenue, la destruction des pavillons situés aux numéros 18, 20, 32 (voir photo), 34, 36, 40, 42. C’est le même Jean-Yves Sénant qui a autorisé récemment la destruction de deux pavillons aux numéros 1 et 3 de l’avenue (voir photo), donc en zone UD et son futur remplacement par un collectif de 19 appartements.

 

 

 

 


 

 

32 peri detruit 10 1

20181213 145300 1


 

Le RER, cet inconnu (pour Vivre à Antony, au moins).

Le 10/10/2018

Dans Vivre à Antony d'octobre 2018 (page 25), la Mairie nous informe de travaux sur le RER B qui vont interrompre sa circulation début novembre entre les Baconnets et Massy-Palaiseau. Information en effet utile aux usagers du RER. Dommage qu'elle soit accompagnée d'un conseil absurde : "vous pouvez emprunter le RER C entre Massy-Palaiseau et Saint-Michel-Notre Dame". Mais comment donc !? Bien peu d'utilité pour aller à Paris ou en revenir puisque toutes les gares antoniennes du RER B resteront desservies vers le Nord. Serait-ce donc pour aller au Sud, à Massy ou à Orsay, qu'il faudrait rejoindre Saint-Michel pour prendre le RER C ? Pourquoi ne pas écrire clairement que la station Chemin d'Antony continuera d'être desservie par le RER C au rythme d'un train toutes les demi-heures dans chaque sens ?

 


 

Jean-Yves Sénant élève de Trump ?

2 février 2018

Dans Vivre à Antony du mois de février, notre Maire nous livre un éditorial musclé : Qui en veut à nos communes ? Loin de nous l’idée de lui reprocher de défendre notre ville, au contraire. Mais dans sa diatribe, Jean-Yves Sénant malmène la vérité et/ou l’histoire de façon brutale à au moins quatre reprises.

Tout d’abord, il met sur le compte de la création des intercommunalités dans les années 2000 la dégradation de la qualité de la collecte des ordures ménagères. Pourtant, on ne l’avait pas entendu critiquer les performances de cette collecte quand elle relevait de la Communauté d’agglomération des Hauts-de-Bièvre : il faut dire que ça marchait plutôt correctement. Non, la situation s’est dégradée depuis janvier 2016 et la prise en charge de cette mission par Vallée Sud Grand Paris dirigée par son ami Jean-Didier Berger, maire de Clamart…

Deuxièmement, notre Maire prétend que l’urbanisme à Antony n’est plus décidé par notre Conseil municipal mais par Vallée Sud Grand Paris « qui siège à Fontenay-aux-Roses ». Deux contre-vérités en deux lignes ! En effet, la Charte de gouvernance de Vallée Sud Grand Paris prévoit que chaque maire reste maître chez lui pour les questions qui ne concernent que sa commune. Et le siège social de Vallée Sud Grand Paris n’est pas à Fontenay mais à … Antony (ce sont les services administratifs qui sont à Fontenay). De plus, le Conseil de territoire, vice-présidé par Jean-Yves Sénant,  siège, lui, successivement dans les différentes communes et tout dernièrement le 30 janvier 2018 à … Antony où le plan local d’urbanisme de Châtillon a d’ailleurs été approuvé comme une simple formalité. Inutile de jouer avec la peur de Fontenay comme d’autres jouent avec la peur de Bruxelles ou de Washington.

Jean-Yves Sénant déplore aussi que les projets de lois hostiles aux communes se succèdent aujourd’hui. Mais à qui la faute ? Qui est responsable des projets de lois sinon le Premier ministre, Edouard Philippe, encore récemment membre de Les Républicains et toujours juppéiste convaincu … à l’instar de Jean-Yves Sénant ! Et qui est responsable du vote de ces projets de loi sinon les députés En Marche, dont Frédérique Dumas avec qui notre Maire s’affiche désormais ?

Enfin, Jean-Yves Sénant dit craindre que les structures intercommunales proposées par la Cour des comptes puissent être dirigées en fait par des fonctionnaires et pas par des élus. Certes, avec l’âge vient le temps de la sagesse, mais cette conversion à la démocratie locale est bien tardive. Où et quand Jean-Yves Sénant a-t-il, par le passé, milité pour que les organes délibératifs des intercommunalités de l’époque (Communautés de communes et communautés d’agglomération) soient élus directement par les citoyens et par les Conseils municipaux ? N’est-ce pas le même Jean-Yves Sénant qui, profitant du transfert d’Antony-Habitat au Territoire, a supprimé le siège accordé à l’opposition au conseil d’administration?

A Citoyens à Antony, nous sommes persuadés qu’un territoire artificiel  de 400 000 habitants est trop grand et trop déshumanisé pour conduire des projets de proximité. Nous sommes depuis toujours attachés à l’élection des organes représentatifs des habitants (du Conseil de quartier au Parlement européen) et opposés à l’idée de laisser dans la main de technocrates le budget départemental de la solidarité. Mais il est évident aussi pour nous que la commune ne peut pas se replier sur elle-même et qu’elle doit s’insérer harmonieusement dans son tissu de proximité (transports, environnement…). C’est dire que notre position nuancée converge sur certains points avec les vues de Jean-Yves Sénant. Mais, désolés, Monsieur le Maire, à utiliser des « faits alternatifs » pour défendre une cause, fut-elle juste, on se déconsidère.

 
 
2018 senant def 2
2018 trump def
 

 

Guide Antony 2017

Chacun sait que se déplacer à Antony n'est pas une opération facile pour les personnes à mobilité réduite (personnes en situation de handicap, personnes accompagnées de jeunes enfants...). Dans le guide Antony 2017, en page 5, à la rubrique "Accessibilité", vous trouverez peut-être l'explication de cet état de fait. Il y est indiqué que l'Agenda d'accessibilité programmée de 2016 à 2025 est doté d'un budget colossal : tout simplement 6,8 € !
 

http://fr.calameo.com/read/00068707053fbfc3d8777

 

 

 


 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "handicape"

 

 

 

 

 

 

 

 

5 février 2017

Tarifs culturels : un exemple de tarification en fonction des ressources.

 

à Antony, on ne sait pas faire. 


Plus d'info dans Agora 41

 

 


Stationnement en centre-ville : comment déserter le parking de la place ?

170 1__


le 2 décembre 2016

La concertation sur l’aménagement de la Place du Marché aura au moins servi à cela. La question de la circulation et du stationnement dans le centre-ville est revenue au premier plan. Certains se demandent comment éviter que de nombreux véhicules automobiles embolisent la rue Mounié par des stationnements abusifs en double file – alors que le parking de la Place du Marché est gratuit le 1er quart d’heure et pas spécialement encombré. Peut-être faudrait-il communiquer un peu à ce sujet ? Et pourquoi ne pas rétablir l’orientation correcte des panneaux de signalisation ? Actuellement, que l’on vienne de la rue Mounié ou de la rue du Marché, le parking est fléché comme si son accès était à l’entrée du Sélect !

Note : cette anomalie a été rectifiée le 7 décembre.

 

173

Jumelage : le Mairie perd le Nord

 

Le 1 décembre 2016

Depuis quelques jours, un poteau, implanté Place Auguste-Mounié devant le Tribunal, signale les directions des différentes villes jumelles d’Antony. Pourquoi pas ? C’est un signe assez sympathique d’ouverture au monde. Mais, dans son état actuel, cet équipement n’a aucune vocation pédagogique : Reinickendorf, près de Berlin, serait ainsi à l’ouest d’Antony, comme Lexington qui est aux Etats-Unis, la direction de Lewisham en Angleterre et celle de Sdérot en Israël sont quasi identiques, et pour aller à Olomuc en Tchéquie, il faudrait pointer résolument vers le Sud ! Allons donc, il est urgent que le conseiller municipal délégué aux jumelages se procure une boussole ou une mappemonde…

Cette anomalie a été partiellement rectifiée à la fin du mois de février 2017

181

Antony, Championne de la solidarité ?

 

Le 26 novembre 2016

L’association Recherches et Solidarités publie comme chaque année son Baromètre de la solidarité (http://www.recherches-solidarites.org/media/uploads/la_generosite-2016-vf.pdf). Elle y expose des statistiques sur les dons effectués au profit d’associations d’utilité publique. En 2016, pour la 1ère fois, sont présentées des données sur les territoires (régions, départements et même communes). Ce document est utilisé par certains élus municipaux pour vanter Antony qui serait à les croire « la 5ème commune la plus solidaire de France » : qu’en est-il ?

La réalité est toute autre. Tout d’abord, le classement en question n’est pas national, il ne concerne que 100 villes déjà assez "riches" (les 100 communes ayant le plus grand nombre de contribuables imposables). Dans ces 100 communes, Antony est certes à la 5ème position en ce qui concerne la « densité de donateurs », c'est-à-dire à la proportion des contribuables ayant déclaré un don, de quelque montant que ce soit (un don de 2 euros compte comme un don de 500 euros). Le critère pertinent en termes de solidarité est plutôt "l’effort de générosité" (le rapport entre le don moyen et le revenu moyen). Mais sur ce critère-là, Antony n'est plus 5ème mais 53ème sur 100, à peu près au niveau d'Aulnay-sous-Bois...

Qui disait : en termes de mensonge, il y a 3 niveaux : le mensonge simple, la calomnie et la statistique ?

 

Quelques perles détectées dans le Vivre à Antony de novembre 2016

 

- le Maire met en avant dans l'édito le fait que seulement 2% des avis sur la concertation demandent le maintien de l'accès du parking rue Mounié mais il ne dit pas combien d'avis dénoncent un simulacre de concertation...
- dans le dossier Énergie page 18, il est mentionné qu'Antony est une des rares communes du Sud parisien à avoir recours à la géothermie alors que Fresnes, Rungis et Le Plessis-Robinson ont créé des installations bien avant Antony et que lorsque nous avons demandé en Conseil municipal d'étudier le recours à la géothermie le Maire ne voulait pas !
- il y a une page sur le forum de l'orientation de Sainte-Marie alors que le forum du lycée Descartes (qui a lieu chaque année en janvier) et celui du collège HG-Adam (qui a lieu en décembre) n'ont pas, semble-t-il, été promus de la même façon...
- dans le dossier Démocratie locale page 32, il est indiqué que les 13 commissions municipales recouvrent l'ensemble des champs politiques ;
or, il n'y a pas, malgré les demandes répétées de l'opposition, de commission "affaires générales" compétente en termes de ressources humaines, état-civil, élections, affaires militaires...
- Page 47, l'hommage à D. Fouillet est à la fois tardif (cette personnalité antonienne est décédée en février) et inexact (il s'appelait Daniel et pas David). 

 

Date de dernière mise à jour : dimanche, 03 novembre 2019